Les auteurs passent a table : Michel Orivel

Publié par Stéphanie on vendredi, juin 06, 2008

Michel est l'auteur de L'horizontale qui conte la vie de Margot, une jeune femme qui se retrouve enceinte d'un jeune soldat allemand à la libération. C'est un premier roman prometteur.

1/ Êtes-vous un bon vivant qui aime la bonne chère et le bon vin ?
Mon médecin, que je désespère à chaque consultation, vous répondra: "Hélas, oui!" Mon premier roman en témoigne: je cumule l'amour de la bonne chère et celui du bon vin. Et ... affinités! Par contre, je ne suis pas un cuisinier d'instinct, car mon épouse excelle, mais, je sais me satisfaire quand la nécessité s'en fait sentir. Je préfèrerai toujours la confection d'un repas simple à la complaisance du prêt-à-manger.

2/ Quelle est votre madeleine de Proust?
Des rillons, des vrais, accompagnés d'une tranche de pain de campagne très croûté et d'un verre de vouvray sec. Sans cornichons bien sûr, bien que je les apprécie dans d'autres circonstances.

3/ Quel est votre diner idéal?
Une omelette aux girolles (en août), aux coulemelles des bois (en septembre) ou aux trompettes de la mort (en octobre), arrosée d'un Chinon ou d'un Saint-Nicolas-de-Bourgueil, entourée de quelques frites fraiches - préparées dans une friteuse ouverte. Une omelette battue au fouet avec un verre de lait pour l'onctuosité, confectionnée avec des oeufs de poule élevée au grain, en plein air; et la fricassée de champignons frais que j'aurai ramassé. Une laitue ou une scarole ou une romaine du potager - suivant récolte, je fais partie des archéo qui cultivent leurs légumes! - sauce vinaigrette légèrement moutardée, persil, estragon et échalotte, autant d'aromates de ma production. Du Sainte-Maure plutôt frais, accompagné du même vin que l'omelette. Avec un tel menu et quelques amis pour le partager, le Boléro de Ravel en contrepoint, je suis capable de vider seul une bouteille, sans vergogne... retour à la réponse 1! Une pêche, une poire ou une pomme, cueillie et lavée au dernier moment, pour dessert.

4/ Avec qui aimeriez vous diner?
Avec mon épouse, pour me dédouaner de toutes les souffrances qu'un écrivain peut infliger à sa compagne.

5/ Ecrivez vous le ventre vide ou le ventre plein?
Souvent le ventre vide, j'écris au lever, vers 4/5 heures, voire plus tôt. C'est mon moment de meilleure fécondité. S'il m'arrive d'écrire l'après-midi, j'opte pour une bonne bière belge.

Ecrire à 4-5h du matin! Même pour une matinale comme moi, je dis chapeau!

3 commentaires:

Comment by bladelor on 6 juin 2008 à 20:27

Drôlement matinal ce monsieur !!

 
Comment by Tamara on 7 juin 2008 à 23:20

OUH LA ! mais ce n'est pas matinal, c'est le milieu de la nuit, oui !
Cela dit, voilà une chouette ballade dans le pays des bons vivants qui apprécient les choses simples, mais goûteuses.

 
Comment by Caro[line] on 9 juin 2008 à 19:20

Sa réponse à la question n°4 me conforte dans l'idée qu'il vaut mieux avoir un mari/compagnon libraire qu'écrivain. ;-)