Didier van Cauwelaert : Cheyenne

Publié par Stéphanie on mercredi, juillet 18, 2007

Couverture :
On peut tomber amoureux à onze ans, et pour la vie. C'est ce qui est arrivé au héros de ce livre. Dix ans plus tard il a retrouvé Cheyenne, le temps d'une nuit trop brève à l'issue de laquelle elle a disparu. Le jour où il reçoit une carte postale d'Anvers, revêtue de son seul nom, il part pour la Belgique, ne doutant pas qu'elle l'appelle...
Prix Goncourt 1994 pour Un aller simple, Didier van Cauwelaert nous donne ici une histoire d'amour où le sourire, loin de briser l'émotion, ne fait que rendre plus humains et plus proches des personnages porteurs de blessures secrètes. Une alchimie subtile qui nous envoûte d'un bout à l'autre du roman.

Mon avis :
Troisième roman de Didier van Cauwelaert et mon admiration pour cet auteur continue même si je ne mettrais pas cet opus en livre coup de coeur. J'ai hésité! :)
Il s'agit d'un récit à la première personne, le petit garçon devenu homme raconte cette femme. Il raconte sa Cheyenne. Il s'agit d'une magnifique déclaration d'amour, pleine de pudeur, de retenue. Didier van Cauwelaert sait admirablement alterner le rire et les larmes, le drôle et l'attendrissant.
Encore!

Citation :
"Je n'étais pas en âge de détourner l'avion; j'étais en passe de détourner l'hôtesse"

Difficile à expliquer, mais j'adore cette phrase, je trouve qu'elle reflète parfaitement la douce folie de ce petit garçon de 11 ans.

2 commentaires:

Comment by nath on 27 juillet 2007 à 07:48

de cet auteur, j'ai dans ma PAL "La demie-pensionnaire". Bises

 
Comment by Tamara on 7 août 2007 à 17:40

AH, voilà l'explication de certains mails ! Je ne connais absolument pas cet auteur, mais tu me donnes envie de le découvrir.